A propos de Arson

Descendant d’une grande famille Niçoise, dont le palais à Nice est devenu la ‘’Villa Arson’’, centre d’exposition d’art moderne de renommée internationale, Arson est un talent brut. Né à Paris en 1953, où il passe sa petite enfance auprès d'une grand-mère maternelle entourée d’artistes, amie de Poliakoff, Prat, André Lhote, il suit ses parents à Gordes, face au Luberon, où, comme un signe du destin, il retrouve leur trace, à l’époque où Gordes était une source d’inspiration pure, qui nourrit Chagall, Vazarely, Pol Mara et tant d’autres qui y vécurent. Arson entre aux beaux arts à 16 ans. D’abord intéressé par la peinture, il s’oriente vers l’architecture qu’il abandonne à cause de l’aspect mercantile. Personnage rebelle, Arson se remet à la peinture, puis travaille la terre, apprend la poterie, le modelage, la sculpture et le moulage, qu’il reprendra quelques années plus tard. Après s’être occupé d’artistes et une vie d'entrepreneur, il revient à ses premières amours et affiche une tonalité personnelle affirmée et originale, pour ce qu’il admire le plus, ce que lui inspire la femme et ses mystères.Il utilise ses supports comme des toiles, à la façon d’un Shaka. Pour Arson, tout est bon pourvu qu’il entre dans la matière ! On pourra trouver chez Arson, un goût fétichique pour la femme, mais aussi et surtout, la quête de celle-ci, à travers une recherche plus secrète. La femme étant pour Arson, le chemin vers l’absolu. La série ‘’les culs d’Arson’’ indique si l'en était besoin, que l’objet de la quête de l'artiste, son graal, est bien la femme, mais il nous invite à regarder au-delà, vers ses réalisations uniques, qui sont autant d'histoires, autant de rêves. Aujourd'hui Arson développe sa puissance dans des œuvres hors normes, à sa dimension, excessives et provocatrices. Il puise son inspiration dans le destin et la condition féminine. En suggérant, en provoquant la réflexion de chacun sur le sort de la femme, il rêve de la ''dévoiler'' à une époque où, on parle du contraire. La force d'Arson, sa sensibilité, ne peuvent que toucher votre regard qui pourra admettre, que décidemment, cet artiste, qui reprit à son compte la devise familiale '' Tam fortis quam ardens" (Aussi fort qu’ardent), est un idéaliste d’un autre temps, rare et attachant. R.G.

Derniers commentaires

bertrand prudhon

Bravo pour votre travail original qui nous sort un peu du 3D..!


24 oct. 14